Agriculture durable – comment les producteurs laitiers font leur part

Le Canada figure parmi les nombreux pays développés qui produisent maintenant du lait de façon plus durable. Depuis des décennies, les producteurs laitiers canadiens démontrent leur engagement à améliorer la productivité, l’efficacité et la durabilité de leurs fermes en investissant dans la recherche et en adoptant des approches et technologies de pointe. Grâce à ces efforts continus, l’empreinte environnementale du secteur laitier canadien est parmi les plus faibles au monde.

Image d'une ferme laitière prise de loin

Les producteurs laitiers canadiens font leur part pour contribuer à un approvisionnement alimentaire durable afin de bien nourrir la population et d’assurer la santé de la planète, aujourd’hui et pour les générations à venir. Cet article porte sur certains indicateurs environnementaux importants qui sont étudiés dans les fermes laitières canadiennes, notamment les émissions de gaz à effet de serre (GES) (communément appelées empreinte carbone) et l’utilisation des terres et de l’eau.

La recherche et l’innovation sont des moteurs du développement durable

En s’appuyant sur des données scientifiques, les producteurs laitiers continuent de réduire leur impact sur l’environnement au moyen de pratiques bénéfiques pour la terre et les animaux. De grands progrès ont d’ailleurs été réalisés grâce à l’amélioration de la nutrition et de la génétique des vaches, à des installations plus confortables et à des pratiques agricoles modernes. Aujourd’hui, la gestion des terres est plus précise. Il faut donc moins de terres et d’eau pour faire pousser les cultures nutritives nécessaires pour nourrir les vaches. De plus, les producteurs investissent dans le confort des vaches et une alimentation optimale, ainsi que dans la génétique – des éléments qui améliorent tous la productivité des vaches. Des vaches bien nourries qui sont aussi plus confortables et calmes produisent plus de lait.

Offrir aux vaches une nutrition et un confort optimaux aide à améliorer l’efficacité et la durabilité des fermes laitières canadiennes. D’ailleurs, grâce aux efforts continus dans ces domaines, les vaches ont produit, en moyenne, trois fois plus de lait en 2020 qu’en 19731,2. Des gains d’efficacité continuent d’être réalisés et se sont même accélérés au cours des dernières années. À titre d’exemple, les vaches produisaient 17 % plus de lait en 2020 qu’en 20121,2. Au cours des 30 dernières années, l’adoption de nouvelles technologies, des stratégies d’alimentation des vaches optimales et d’importants investissements dans la recherche et l’innovation ont contribué à réduire considérablement l’impact environnemental de la production laitière canadienne – et les progrès ne cessent de s’accumuler.

Comment la production laitière canadienne se compare-t-elle à celle d’autres secteurs?

La production laitière canadienne est responsable d’environ 1 % des émissions de gaz à effet de serre totales du Canada3. Il s’agit d’un pourcentage minimal comparativement à la quantité de gaz à effet de serre produite par d’autres importants secteurs canadiens, entre autres le transport routier (20 %), la production d’électricité et de chauffage (12 %), le secteur manufacturier (6 %) ou l’énergie utilisée dans les maisons (5,5 %)3.

Mesurer les progrès réalisés en matière de développement durable

Les analyses environnementales du cycle de vie montrent que les producteurs laitiers ont fait de grandes avancées dans la réduction de l’empreinte carbone du lait produit au Canada4,5. Les Analyses du cycle de vie sont des évaluations systématiques, complètes et quantitatives utilisées pour mesurer et évaluer les impacts environnementaux en fonction d’une méthodologie internationale normalisée (ISO). L’empreinte carbone est exprimée en équivalents en dioxyde de carbone (éq. CO2), une méthode normalisée pour quantifier les émissions de gaz à effet de serre. Des Analyses du cycle de vie réalisées par le Canada et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) montrent que l’empreinte carbone de la production laitière canadienne est l’une des plus faibles au monde4,5 :

  • Entre 2011 et 2016, l’empreinte carbone d’un litre de lait produit au Canada a diminué de 7 %4;
  • Au Canada, les émissions de GES associées à la production d’un litre de lait correspondent à moins de la moitié de la moyenne mondiale4,5;
  • La production d’un litre de lait au Canada génère 0,94 kg d’éq. CO2, alors que la moyenne mondiale établie par la FAO est de 2,5 kg4,5.

Selon des données gouvernementales et des calculs d’Analyse de cycle de vie environnementale, la production laitière canadienne utilise :

  • Moins de 3 % des terres agricoles du Canada6;
  • Seulement 0,02 % de l’approvisionnement en eau douce du sud du Canada (la région la plus peuplée)7.

EN PRATIQUE

Les producteurs laitiers canadiens continuent d’adopter des pratiques bénéfiques pour l’environnement. Ainsi, l’impact environnemental de la production laitière a diminué substantiellement au fil du temps au Canada. 

Les progrès de la production laitière canadienne en termes d'agriculture durable, sur la base d’Analyses environnementales du cycle de vie4 :

Principaux indicateurs d’Analyses environnementales du cycle de vie pour la production laitière au Canada La production laitière totale canadienne en 2016
GES  1 % des émissions de GES totale du Canada
Utilisation de l’eau  0,02 % de l`eau douce du sud du Canada 
Utilisation des terres  3 % des terres agricoles du Canada

 

Principaux indicateurs d’Analyses environnementales du cycle de vie pour la production laitière au Canada Les résultats par litre de lait étaient meilleurs en 2016 comparativement à 2011 :
GES  7 % de moins
Utilisation de l’eau  6 % de moins
Utilisation des terres  11 % de moins

 

Régimes alimentaires sains et durables

L’environnement est seulement l’un des nombreux facteurs qui contribuent aux régimes alimentaires sains et durables. Selon la FAO :

« Les régimes alimentaires sains et durables sont des habitudes alimentaires qui promeuvent toutes les dimensions de la santé et du bien-être des individus. Ils présentent une faible pression et un faible impact environnementaux, sont accessibles, abordables, sûrs et équitables, et sont culturellement acceptables. Les objectifs des régimes alimentaires sains et durables sont d’atteindre la croissance et le développement optimaux de tous les individus et de soutenir le fonctionnement ainsi que le bien-être physique, mental et social à toutes les étapes de la vie, pour les générations actuelles et futures ainsi que de contribuer à la prévention de toutes les formes de malnutrition (c’est-à-dire la sous-nutrition, les carences en micronutriments, le surpoids et l’obésité), de réduire les risques de MNT liées au régime alimentaire et de soutenir la préservation de la biodiversité et de la santé de la planète. Les régimes alimentaires sains et durables doivent associer toutes les dimensions de la durabilité afin d’éviter toute conséquence indésirable8. »

Les produits laitiers représentent un choix sensé dans les régimes alimentaires sains et durables

Les producteurs laitiers canadiens innovent depuis de nombreuses années afin de nourrir une population croissante. Les produits laitiers sont des aliments abordables et riches en éléments nutritifs qui font depuis longtemps partie d’une saine alimentation. Ils sont une source importante de protéines de haute qualité et de 6 des 8 éléments nutritifs dont l’apport est aujourd’hui insuffisant chez beaucoup de Canadiens, à savoir le calcium, le magnésium, le potassium, le zinc, la vitamine A et la vitamine D9.

Vous aimeriez en savoir plus?

Cet article ne couvre que quelques-uns des principaux indicateurs qui permettent de suivre les progrès réalisés par les producteurs laitiers canadiens en matière de production laitière durable. Apprenez-en plus au sujet de l’engagement continu en matière de développement durable des Producteurs laitiers du Canada.

Vos impressions
Est-ce que ce contenu vous a été utile?