Nouvelles approches pour aider à prévenir et à gérer l’allergie au lait

Vous souhaitez aider à prévenir l’allergie au lait chez les enfants? Des données récentes ont mené à de nouvelles approches concernant les allergies alimentaires chez les nourrissons et les jeunes enfants1-5.

Milk being poured into a tall glass

L’allergie au lait est rare chez les adultes, et il ne faut pas la confondre avec l’intolérance au lactose. L’allergie au lait est une réaction du système immunitaire aux protéines du lait. En revanche, l’intolérance au lactose résulte d’une digestion incomplète du lactose, le sucre naturel présent dans le lait, en raison d’une production insuffisante de lactase, une enzyme qui digère le lactose dans l’intestin. Puisque l’allergie au lait et l’intolérance au lactose sont deux conditions distinctes, elles doivent être gérées différemment.

Perspective actuelle

On estime que moins de 0,5 % des adultes et environ 2 à 3 % des enfants sont allergiques au lait de vache1. L’allergie au lait a tendance à disparaître avant l’âge de 3 ans chez les enfants qui en sont atteints1.

Une nouvelle façon d’envisager les allergies alimentaires

L’approche quant au moment d’introduire des allergènes alimentaires potentiels tels que les œufs entiers, les arachides et le lait de vache chez les nourrissons a évolué. Sur la base des données actuelles, nous savons maintenant que l’introduction précoce de ces aliments dans l’alimentation des nourrissons pourrait en fait contribuer à prévenir le développement d’une allergie2.

Ces données ont donc mené à de nouvelles lignes directrices sur l’alimentation des nourrissons visant à prévenir les allergies alimentaires. Traditionnellement, les autorités en matière de santé recommandaient aux parents de retarder l’introduction de certains allergènes alimentaires courants chez les nourrissons. Cette approche se fondait alors sur le fait qu’un nourrisson serait plus susceptible de développer une allergie à un aliment si cet aliment était introduit de manière précoce. Cependant, les nouvelles données suggèrent que l’introduction précoce d’allergènes alimentaires potentiels tels que les œufs entiers, les arachides et les produits laitiers pourrait contribuer à réduire la probabilité que les nourrissons développent une allergie à ces aliments1-3.

Lignes directrices actuelles de la Société canadienne de pédiatrie

En 2019, la Société canadienne de pédiatrie a publié de nouvelles lignes directrices sur l’alimentation des nourrissons à haut risque d’allergie alimentaire3. Ces nourrissons incluent ceux présentant des antécédents personnels d’allergie alimentaire ou dont un parent au premier degré présente une allergie alimentaire. Pour les nourrissons à haut risque, les nouvelles lignes directrices suggèrent d’introduire les aliments allergènes solides courants de façon précoce, c’est-à-dire vers l’âge de 6 mois (mais pas avant l’âge de 4 mois), en tenant compte de la réceptivité du nourrisson à consommer des aliments solides. Les nourrissons qui ne courent pas de risque d’allergie alimentaire ou dont le risque est faible devraient aussi commencer à consommer des aliments solides, y compris les aliments allergènes courants, à environ 6 mois.

EN PRATIQUE

Traditionnellement, les autorités en matière de santé recommandaient aux parents de retarder l’introduction de certains allergènes alimentaires courants tels que les œufs entiers, les arachides et le lait de vache chez les nourrissons afin de prévenir le développement d’une allergie alimentaire. Or, l’approche à cet égard a évolué à la lumière de données scientifiques plus récentes.

  • Les lignes directrices de la Société canadienne de pédiatrie recommandent d’offrir des aliments allergènes courants lorsque le bébé est prêt à consommer des aliments solides, vers l’âge de 6 mois.
  • Lorsque le nourrisson semble tolérer un aliment allergène courant, il est important de continuer à le lui servir quelques fois par semaine pour maintenir la tolérance.
  • Si une réaction indésirable à un aliment est soupçonnée, il est conseillé aux parents de consulter le médecin de l’enfant afin d’obtenir les conseils d’un professionnel.
  • Il faut garder en tête qu’éviter des aliments peut avoir un impact sur l’apport en nutriments des enfants. Par exemple, il faut porter une attention particulière au calcium chez les enfants qui évitent les produits laitiers.

Lorsqu’un enfant semble avoir une réaction indésirable à un aliment, il est important pour les parents et les personnes qui prennent soin de l’enfant de consulter un professionnel de la santé qualifié pour obtenir un diagnostic adéquat, ainsi que des conseils pour savoir comment gérer les allergies alimentaires de manière efficace et sécuritaire. À cet égard, de nouvelles approches fondées sur des données scientifiques pourraient aider à gérer les allergies alimentaires de pair avec les conseils d’un professionnel de la santé1-5.

Il importe de se souvenir que l’allergie au lait de vache chez les enfants a tendance à disparaître avant l’âge de 3 ans. Si un enfant reçoit un diagnostic d’allergie au lait de vache, il est important pour les parents ou les personnes qui en prennent soin de consulter l’allergologue de l’enfant afin d’obtenir des conseils sur la possibilité de réintroduire le lait de vache et, le cas échéant, sur la manière de procéder. Rappelez-vous qu’il faut porter une attention particulière à l’apport en nutriments lorsque des enfants évitent certains aliments en raison d’une allergie.

Vos impressions
Est-ce que ce contenu vous a été utile?