Risque de maladie cardiovasculaire et produits laitiers : ce que nous apprend la matrice alimentaire

WEBINAIRE

Figurant parmi les principales causes de mortalité au Canada, les maladies cardiométaboliques sont depuis longtemps une priorité pour les chercheurs et les professionnels de la santé. À cet égard, les changements aux habitudes de vie sont une stratégie clé pour prévenir et gérer les maladies cardiométaboliques et leurs complications. Plus précisément, des recommandations nutritionnelles adaptées basées sur les plus récentes données scientifiques sont essentielles pour la gestion et la réduction du risque de maladie cardiométabolique.

Regardez un webinaire présenté par Benoît Lamarche, Ph. D., et Jean-Philippe Drouin-Chartier, Ph. D. Il s’agit du premier d’une série de 3 webinaires ayant pour thème « Santé cardiométabolique et réduction du risque – conclusions d’études canadiennes récentes ».

Vous avez manqué les autres webinaires de cette série ? Regardez le deuxième webinaire (Contrôle métabolique, satiété et alimentation aux diverses étapes de la vie) et le troisième webinaire (L’association entre l’apports alimentaire et le risque cardiovasculaire au sein de la population canadienne) (à venir).

Risque de maladie cardiovasculaire et produits laitiers : ce que nous apprend la matrice alimentaire

Risque de maladie cardiovasculaire et produits laitiers : ce que nous apprend la matrice alimentaire

Pour regarder cette présentation gratuite, accédez aux enregistrements de la SCN ici.

Veuillez noter que cette présentation est gratuite et accessible à la fois aux membres et aux non-membres de la SCN. 

À la fin du webinaire, les participants :

  • Comprendront mieux les limites de l’approche de la saine alimentation basée sur les nutriments ainsi que l’importance de tenir compte de l’effet de la matrice alimentaire
  • Auront une perspective à jour à propos du débat sur les acides gras saturés (AGS) et le risque de maladie cardiovasculaire
  • Comprendront comment l’utilisation de la métabolomique peut faire progresser notre compréhension des effets des produits laitiers sur la santé

Principaux sujets abordés :

  • Survol des données récentes sur l’association entre les AGS alimentaires et la santé cardiovasculaire
  • La place des acides gras dans une alimentation saine, entre autres :
    • La contribution de différents groupes alimentaires à l’apport en AGS au sein de la population canadienne
    • Les effets potentiels de la matrice alimentaire sur le risque de maladie cardiovasculaire
    • La pertinence d’émettre des recommandations axées sur les aliments plutôt que sur les nutriments pour améliorer la santé de la population

Résultats principaux :

  • Une étude randomisée croisée multicentrique regroupant 92 participants a révélé que le fromage ne produisait pas le même effet sur le cholestérol LDL que le beurre, ce qui suggère que la matrice alimentaire pourrait modifier l’effet cardiométabolique des gras saturés sur la santé1.
  • Selon une étude basée sur des données de l’ESCC de 2015, les « autres aliments » (ceux qui ne font pas partie du Guide alimentaire canadien) comptent pour 44,2 % des gras saturés dans l’alimentation de la population canadienne, tandis que la viande et ses substituts comptent pour 24,5 % et le lait et ses substituts, pour 23,3 %2.
  • En utilisant les données de l’ESCC de 2015 dans un modèle où des aliments riches en AGS étaient remplacés par un aliment de remplacement correspondant faible en AGS, mais à forte teneur en acides gras insaturés, ce sont les remplacements dans la catégorie « autres aliments » qui ont montré le plus grand potentiel pour atteindre la cible d’AGS2 :
    • Le remplacement d’aliments de la catégorie « autres aliments » entraînait la plus grande part de la réduction prévue de l’apport habituel en AGS chez les Canadiens, 82 % d’entre eux atteignant la cible recommandée pour les AGS (moins de 10 % de l’énergie totale).
    • Le remplacement de produits laitiers ou de viande ne permettait qu’à 62,6 % et 54,3 % des gens, respectivement, d’atteindre la cible d’AGS.
  • Favoriser des recommandations nutritionnelles basées sur les aliments plutôt que des nutriments pourrait avoir de meilleurs bienfaits pour la santé et encourager les consommateurs à baser leurs habitudes d’achat et de consommation sur les aliments. 
  • Un score basé sur 38 métabolites, qui ont été identifiés comme étant associés à la consommation de produits laitiers, a montré une association inverse avec le risque de diabète de type 2 chez des populations en Espagne et aux États-Unis3.

Références

  1. Brassard D et coll. Comparison of the impact of SFAs from cheese and butter on cardiometabolic risk factors: a randomized controlled trial. Am J Clin Nutr 2017;105:800-809.
  2. Harrison S et coll. Consumption and sources of saturated fatty acids according to the 2019 Canada Food Guide: data from the 2015 Canadian Community Health Survey. Nutrients 2019;11:1964.
  3. Drouin-Chartier JP et coll. Dairy consumption, plasma metabolites, and risk of type 2 diabetes. Am J Clin Nutr 2021;114:163-174.
Modérateur(trice)
Rajavel Elango, PhD, University of British Columbia

RAJAVEL ELANGO, Ph.D.

Monsieur Rajavel Elango est professeur adjoint au Département de pédiatrie de l’École de santé publique et de santé des populations de la Faculté de médecine de l’Université de la Colombie-Britannique. Il est également chercheur au Child & Family Research Institute de l’hôpital pour enfants de la Colombie-Britannique, et membre associé du programme de nutrition humaine de la faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université de la Colombie-Britannique. Sa thèse de doctorat portait sur la détermination des besoins en acides aminés à chaîne ramifiée chez des porcelets nouveau-nés nourris par voies parentérale et entérale au laboratoire du Dr Ron Ball, à l’Université de l’Alberta.

Conférencier(ère)
Benoît Lamarche, PhD

BENOIT LAMARCHE, Ph.D.

Benoît Lamarche est professeur titulaire à l’École de nutrition et directeur scientifique du Centre Nutrition, santé et société (NUTRISS), financé par le FRQS. Il a publié plus de 400 articles sur les enjeux physiologiques, cliniques, épidémiologiques et de santé publique liés à l’alimentation et à la santé. Il a de plus contribué à la formation de plus de 70 étudiants à la maîtrise, au doctorat et au postdoctorat. Il a reçu de nombreux prix, entre autres de la Société québécoise de lipidologie, de nutrition et de métabolisme (Prix des fondateurs, 2013) et de la Société canadienne de nutrition (Prix du nouveau scientifique de la Fondation Centrum, 2011 et Prix Khursheed Jeejeebhoy, 2020). Il a co-écrit deux livres avec le célèbre chef Jean Soulard sur la nutrition, le sport et la santé. Benoît Lamarche est un athlète olympique (1984, 1988) en patinage de vitesse sur longue piste.

Conférencier(ère)
Jean-Philippe Drouin-Chartier, RD, PhD

JEAN-PHILIPPE DROUIN-CHARTIER, Dt.P., Ph.D.

Jean-Philippe Drouin-Chartier, Dt.P., Ph. D., est professeur adjoint à la Faculté de pharmacie de l’Université Laval et chercheur au Centre Nutrition, santé et société (NUTRISS) de l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (INAF). Il est également diététiste membre de l’Ordre des diététistes-nutritionnistes du Québec. Il a obtenu une maîtrise en nutrition et un doctorat en médecine expérimentale à l’Université Laval avant de poursuivre une formation postdoctorale au Département de nutrition de la Harvard T.H. Chan School of Public Health grâce à une bourse postdoctorale Banting. Ses recherches portent sur la prévention et la gestion des maladies cardiométaboliques par l’alimentation et les médicaments. Son travail s’appuie sur des approches cliniques, épidémiologiques et métabolomiques.